Accueil / Rétrogaming / Rétro-Test : Dungeons & Dragons : Shadow over Mystara

Rétro-Test : Dungeons & Dragons : Shadow over Mystara

Dungeons & Dragons : Shadow over Mystara est le genre de jeu qu’on découvre par hasard si on est un fan de Dungeons & Dragons mais que l’on n’est pas de la génération Arcade. Que n’avez-vous pas manqué ! Un des meilleurs Beat’em Up de sa génération, voire de l’histoire des Beat’em Up.

Mettons toute de suite les choses au clair : Dungeons & Dragons : Shadow over Mystara est un incontournable, et pourtant, vous n’en avez peut-être jamais entendu parler. En effet, quand un titre sort uniquement sur bornes d’arcades CPS II et SEGA Saturn, il est rare qu’il inonde les foyers ! Sorti en Février 1996, il nous replonge dans une époque où Metal Slug était dans tous les esprits.

1) Scénario

Dungeons & Dragons : Shadow over Mystara prend place dans l’univers de Mystara, un des premiers univers créés pour Donjons & Dragons. Il est peuplé d’elfes, de nains et des créatures féériques les plus communes (orques, gnomes et compagnie). Cet univers est beaucoup plus féérique et rempli de magie que ses successeurs. En effet, Faerûn (où les aventures de Neverwinter Nights et Baldur’s Gate prennent place) renoue avec un réalisme plus sombre dans les jeux que l’on connaît.

Votre aventure commence alors que le village de Trintan est attaqué par un groupe de gobelins. Vous volez au secours de ses habitants, prêts à en découdre et à relever les défis qui vous attendent…

2) Gameplay

Pour un jeu de la génération 90, Dungeons & Dragons : Shadow over Mystara est d’une rare complexité.

Un beat’em up sauce RPG

Les personnages se comptent au nombre de 6, chacun incarnant une classe de Donjons & Dragons (sauf Le Nain et l’Elfe, qui, on sait pas trop pourquoi, sont ici des classes). Les personnages ont tous un gameplay différent, ce qui donne au jeu une rejouabilité inattendue. Ceux-ci gagnent des niveaux à la fin de chaque chapitre, augmentant leurs statistiques et gagnant parfois des armes plus puissantes.

Ce qui étonne à la première partie, c’est que l’histoire n’est pas linéaire. En effet, tout comme un jeu de rôles classique, des choix vous seront parfois proposés, ayant pour conséquences le choix de niveaux différents. Bon ça va pas chercher bien loin me direz-vous, mais encore une fois, on s’étonne de voir de tels attraits dans un beat’em up.

Des contrôles un peu frustrants

Même si les coups au corps à corps s’effectuent avec un seul bouton, on peut enchaîner plusieurs attaques en jouant avec les mouvements du joystick. On comprend vite comment se battre. Avec un guerrier, pas de problème. C’est alors que les ennuis arrivent. La première fois qu’on appuie sur le bouton de menu, on se rend compte de la pléthore d’éléments disponibles. Évidemment, tous ces menus s’ouvrent pendant les phases d’action et pas question de ralentir le temps pour vous laisser le temps de choisir !

Pour les plus aguerris qui s’aventureront à jouer un magicien, ils découvriront la souffrance de naviguer dans plusieurs pages de sorts !

Chaaaarrrrrgeeeeez !

Le multijoueur à 4 !

Depuis son portage sur PC en 2003, Dungeons & Dragons : Shadow over Mystara est devenu un Sofa Pixel incontournable ! Le multijoueur à 4 et les soirées de bottage de fesses sont à portée de main 🙂

3) Pourquoi s’y (re)mettre

Dungeons & Dragons : Shadow over Mystara possède une rejouabilité impressionnante pour un Beat’em Up. Même les jeux récents comme Mother Russia Bleeds, qui jouent pourtant dans la même catégorie, ne lui arrivent pas à la cheville sur ce point.  Il vous faudra plusieurs soirées entre amis pour terminer ce bijou, ainsi que son grand frère, Dungeons & Dragons : Tower of Doom. Les deux opus sont désormais vendus ensemble, dans un bundle PC appelé Dungeons & Dragons : Chronicles of Mystara.

4) A l’époque, ils l’ont trouvé …

  • D’une excellente qualité, le genre de qualité qui ne vieillit pas
  • Cher ! Mieux vaut l’acheter aujourd’hui. Si j’avais dû le terminer sur une borne d’arcade, les 16 continues que j’y ai claqué m’auraient coûté la bagatelle de 32 euros environ !

5) La vraie note,  une fois terminé : 15/20

Dungeons & Dragons : Shadow over Mystara a ce goût de nostalgie qui nous prend aux tripes. Il est la preuve que les œuvres de qualité traversent les époques. On ne fait pas vraiment mieux aujourd’hui en ce qui concerne les Beat’em up en 2D ! Même si le gameplay reste limité, la rejouabilité est au rendez-vous et les quelques soirées de rigolade méritent bien les quelques deniers dépensés.

Acheter Dungeons & Dragons : Chronicles of Mystara

Regarde aussi

2ème Chance pour Magic the Gathering Battlegrounds

Lorsqu’à 17 ans j’ai acheté Magic the Gathering Battlegrounds, j’étais alors un grand joueur de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *