Accueil / Rétrogaming / Les classiques : Soul Blade

Les classiques : Soul Blade

Ma série de combat préférée de tous les temps est Soulcalibur, avec Soulcalibur II sur Gamecube étant le point culminant, puisque vous pouvez jouer Link! Ce dont je ne me suis pas rendu compte, c’est qu’en réalité Soulcalibur était en fait une suite à Soul Edge – un jeu de combat déjà basé sur les armes, sur la Playstation. Je me suis récemment assis pour un après-midi avec le jeu.

En termes d’histoire, le jeu a lieu en 1584 et suit un certain nombre de guerriers lors de leur voyage pour trouver Soul Edge (l’épée ultime). La seule chose connue de l’épée est que cela amène le malheur à quiconque la détient, mais cela n’empêche pas les guerriers de la chercher. J’ai été vraiment surpris qu’un jeu de l’ère PSX ait une histoire robuste et attrayante pour chacun des dix personnages jouables, accessible via le Edge Master Mode (à discuter plus en détail plus loin).

Le jeu lui-même est un jeu de combat basé sur l’arme 2D / 3D, et le casting de personnages est génial! Beaucoup de mes favoris de Soulcalibur étaient en fait des membres originaux de séries de jeux incluant Seung Mina et Mitsurugi!

Le précurseur de tout un genre

Les combats réels ont beaucoup de ressemblances avec la série Soulcalibur bien que ne soit pas aussi raffiné que les jeux ultérieurs. Chaque joueur a des attaques horizontales et verticales, ainsi que des attaques de coup de pied et des gardes. Différentes combinaisons de directions du jeu et des boutons d’attaque entraînent l’exécution de différents mouvements comme les lancers et les coups spéciaux. Les mouvements non bloquables peuvent sembler surpuissants, mais ils prennent du temps à exécuter, donc assez équilibrés. Le bouton de garde offre également de grandes opportunités pour bloquer les attaques ennemies et contre-attaquer (mais encore une fois, il est bien équilibré car l’utilisation du bouton de garde trop souvent entraînera votre combattant à déposer son arme et à compter sur les poings pour le reste du match). J’ai vraiment aimé cette fonctionnalité et je suis un peu triste qu’elle ne soit jamais entrée dans d’autres opus de la série.

Alors que le jeu est encore amusant à jouer, la «sensation» des personnages et la façon dont ils se déplacent étaient moins satisfaisantes, raides et parfois bizarres. Lorsque les joueurs sautent, leurs avatars franchissent plus de 100% de leur taille, ce qui est assez exagéré ! J’étais un peu déçu de pouvoir frapper les adversaires alors qu’ils étaient déjà au sol. Bien que ce soit réaliste, j’ai eu trop de combats où mes adversaires contrôlés par l’ordinateur m’ont tabassé avant même que j’aie eu la chance de me lever du sol.

Le jeu offre différents types de modes (dont certains étaient vraiment révolutionnaires pour l’époque). Le mode Arcade permet aux joueurs de se confronter à 10 adversaires séquentiellement, finissant par combattre Soul Edge en tant que boss final! Le Edge Master Mode est l’endroit où ce jeu a vraiment poussé le genre de combat dans une expérience axée sur l’histoire. Dans ce mode, les joueurs sélectionnent leurs personnages et les suivent dans une série de batailles uniques situées sur une carte du monde. Chaque bataille a des modifications différentes (par exemple, vaincre l’ennemi en 30 secondes, vaincre l’ennemi avec seulement des coups de pied, vaincre l’ennemi par knock-out, etc.) qui les rendent différents d’une bataille régulière 1 contre 1. Après chaque bataille, les joueurs sont décrits avec une histoire qui les caractérise ainsi que leurs motivations à vouloir obtenir Soul Edge. De nouvelles armes sont également introduites pour chaque personnage avec des apparences uniques et des statistiques différentes qui ont un impact réel sur le gameplay! Les joueurs sont finalement récompensés par une fin unique pour chaque personnage avec lequel ils ont terminé le jeu.

J’ai été vraiment été impressionné par ce mode. Je ne pense pas qu’il y ait eu un jeu de combat plus approfondi avant ce jeu. Bien que les histoires soient simples, elles ont été amusantes et ont bien façonné les personnages!

Graphiquement encore un peu sympa

En termes de graphismes, le jeu semble assez simple selon les normes d’aujourd’hui mais a encore un certain charme. Les effets spéciaux de la bataille sont toujours pas mal. Un certain nombre d’arènes étaient également reconnaissables dans les opus suivants (petit clin d’œil à leur ancêtre), ce qui était amusant à découvrir. Les conceptions des personnages étaient excellentes, même si je ressens que les limites de la console ont vraiment réussi à déterminer comment les développeurs ont réussi à exécuter leur véritable vision des personnages. La musique du jeu était bonne, mais pas géniale, mais les effets sonores et les voix étaient fantastiques. J’ai adoré le bruit des armes car cela m’a vraiment aidé à ressentir que ces personnages se battaient avec de l’acier !

En résumé, il s’agit d’un jeu de combat PSD 2D / 3D qui, tout en étant amusant, est plus un jeu d’importance historique qu’un jeu PSP incontournable. Ce jeu a fait d’énormes contributions pour faire avancer les jeux de combat en tant qu’expert d’histoire, mais le gameplay n’a pas bien vieilli. Ce n’est pas un jeu incontournable, mais pour les fans inconditionnels de Soulcalibur, c’est génial de voir d’où provient la série. Je donne à ce jeu un score final de 7/10, mais avec l’étiquette de jeu vidéo historique …

Regarde aussi

Rétro-Test : Castlevania Symphony of the night

Monument du jeu Old-School, Catlevania arrive sur la Playstation première du nom et marquera les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *